Maïsadour cède son activité salaisons, centrée sur le jambon de Bayonne, au groupement Fipso. Elle représente 52 millions d’euros de chiffre d’affaires avec cinq usines employant 150 salariés, dans le Sud-Ouest : Aïcirits, Orthez et Sauveterre-de-Béarn, dans les Pyrénées-Atlantiques, ainsi que Bordères-sur-l’Échez et Ibos, dans les Hautes-Pyrénées.

Sa filiale Delpeyrat l’avait rachetée à l’espagnol Campofrio en 2007, après que ce dernier eut regroupé les Salaisons Gayraud et Montagne Noire, cumulant alors 85 millions d’euros de chiffre d’affaires. L’année suivante, Delpeyrat rachetait Maison Chevallier (45 millions) au groupe Soparind Bongrain.

Avec 4 % du jambon cru en valeur, sa marque Delpeyrat, déclinée sur d’autres origines depuis, ne s’est pas vraiment imposée sur un marché dominé par Aoste (Campofrio) et, sinon, fortement atomisé. Poursuivant la restructuration de son pôle gastronomie MVVH auquel Delpeyrat appartient, le groupe coopératif entend la concentrer sur le foie gras et le saumon fumé.

Basée à Lahontan, dans les Pyrénées-Atlantiques, Fipso Industrie, qui dispose de quatre lignes d’abattage de porcs, compte au contraire développer ses positions sur l’IGP Bayonne, en reprenant au passage la marque Salaisons Pyrénéennes.

B. J.