ria
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Les coopératives laitières demandent 5 à 7 % de revalorisation tarifaire

Les coopératives laitières demandent 5 à 7 % de revalorisation tarifaire
Damien Lacombe

Président de La Coopération Agricole Laitière, Damien Lacombe alerte : « il nous faut financer les transitions que nous devons mener et que, comme citoyens, nous acceptons, notamment dans le cadre du programme interprofessionnel France Terre de Lait ». De plus, « on fait porter aux filières l’intégralité des enjeux alimentaires alors qu’il faudrait déplacer le curseur du prix en le séparant des enjeux sociaux de l’alimentation ». Enfin, « la réglementation de l’Union européenne multiplie des contraintes qui ont un coût ». Bref, « il nous faut reconquérir de la valeur ajoutée sur nos produits pour pouvoir faire face ».

Et de lâcher le mot « tabou » : inflation. Les coopératives laitières chiffrent déjà de + 5 à + 7 % leurs besoins de revalorisations tarifaires. D’autant que, d’ici à la fin de cette année, le prix du lait devrait être renchéri de 15 euros environ pour mille litres de lait collectés. Mais « cela compensera à peine la seule hausse de l’alimentation animale, tirée par celle des céréales et des protéines ». Certes, des hausses de prix ont été obtenues depuis trois ans mais « pour durer, elles doivent être répercutées aux consommateurs. L’aide alimentaire aux plus démunis est un sujet à traiter différemment, en le déconnectant de la distribution ». À ce sujet, le projet de chèque alimentaire pour les ménages précaires vient d’être reporté à 2022.

Évoquant la souveraineté alimentaire, Damien Lacombe insiste : « trouver de l’inflation est un besoin absolu pour renouveler les générations dans les exploitations laitières ». Leur nombre a diminué de 2 % l’an dernier et plus de la moitié des éleveurs sont âgés de plus de cinquante ans. C’est notamment pourquoi une campagne va être menée pour « réaffirmer le maintien du lait sur les territoires par les coopératives laitières ».

Syndifrais chiffre la hausse des coûts

En plus de la hausse de 15 euros pour mille litres de lait, Syndifrais, qui regroupe les fabricants de produits laitiers frais, s’inquiète d’une hausse des coûts généralisée. Ainsi, de nombreux fruits ou préparations de fruits sont en forte inflation : les fruits rouges de 5 à 10 %, les fruits jaunes de 30 à 50 %. De même, les prix du sucre ont augmenté de 30 % depuis un an et de 50 % depuis deux ans. Outre les matières premières (35 à 50 % du prix de vente), les emballages (20 à 35 % du prix de vente) subissent également de fortes hausses : polystyrène, + 58 % en un an, PET, + 50 %, ou PP, + 40 % environ, cartons, + 10 à + 15 %, etc. Enfin, l’énergie et les transports (10 à 20 % du prix de vente) affichent des hausses de 30 à 50 %.

B. J.
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Sélectionné pour vous