La 22e édition du concours s’est tenue pour la première fois à Nancy (54). L’Ensaia, l’EI Purpan et AgroParisTech décrochent l’or, l’argent et le bronze, parmi les 22 équipes en lice.

Pour la première fois depuis sa création en 2000, Écotrophélia France a quitté le Palais des Papes d’Avignon (84) pour Nancy. L’Ensaia, l’Université de Lorraine, la région Grand Est, la Métropole, le département, ainsi que les structures de promotion de l’innovation régionale ont, en effet, remporté l’appel d’offres lancé pour l’organisation des éditions 2021 et 2022 de ce concours étudiant dédié à l’innovation alimentaire. À l’occasion de cette édition, pas moins de 22 équipes et 165 étudiants concouraient pour décrocher l’un des neuf prix et l’une des quatre mentions, dotés globalement de 33 000 €.

« Le millésime 2021 est placé sous les termes sains, plaisirs, abordables, j’ajouterais volontiers responsables », s’est félicitée Françoise Gorga, directrice recherche et innovation de l’Ania et présidente du jury technique, à l’occasion de la proclamation du palmarès, à l’Opéra de Nancy, le 24 juin dernier.

Produits innovants distingués

L’équipe composée d’étudiants de l’Ensaia, de la Faculté de Marketing et d’Agrosciences de l’Université de Haute-Alsace et de l’École nationale supérieure d’art et de design de Nancy a décroché l’or, le prix « Innovation fruits et légumes » et la mention « Coup de cœur du public » avec leur Butternot, une alternative aux beurres et margarines naturellement sans matière grasse à base de courge butternut et de courgette, pour la cuisine ou les tartines. L’Écotrophélia France d’Argent ainsi que le prix « Innovation nutrition » est revenu à l’EI Purpan pour son Inago !, un gâteau moelleux bio et gourmand aux haricots blancs et fruits à coque. Montant sur la troisième marche du podium, l’équipe d’AgroParisTech s’est vue remettre le bronze, ainsi que le prix « Innovation produits de la pêche française » et la mention spéciale « Coup de cœur des étudiants » pour Les Marins Farceurs, une farce pasteurisée sous vide au lieu noir issu de la pêche française, pour préparer facilement des gratins ou des boulettes de poisson.

Pour compléter ce palmarès, deux autres équipes venues de l’Ensaia, de la Faculté de Marketing et d’Agrosciences de l’Université de Haute-Alsace et de l’École nationale supérieure d’art et de design de Nancy, avec l’IAE Metz, ont obtenu le prix « Innovation viandes » avec Les Audacieux, des bouchées aux abats, et le prix « Innovation légumineuses » avec Les Barr’oudeurs, un duo de barres nomades salés. L’équipe Oniris et École de design Nantes-Atlantique a décroché le prix « Innovation alimentation seniors » avec Hop !, un biscuit spécialement formulé pour les femmes ménopausées. Enfin, le jury a remis une mention spéciale « France, Terre de Lait » aux As Normands de l’Esix Normandie et une mention spéciale « Le groupe Casino soutient la transition alimentaire » à Broomie de ENSCBP Bordeaux INP.

Projet à l’international

À l’origine de ce concours, désormais européen depuis 2008, Dominique Ladevèze, directeur général d’Écotrophélia, réfléchit depuis 18 mois à la création d’un Institut de l’innovation alimentaire durable réunissant les établissements d’enseignement, les interprofessions et les entreprises. Cette structure encore inédite pourrait porter le concours, mais également assurer sa diffusion internationale et contribuer ainsi au rayonnement de l’innovation française dans le monde. L’institut pourrait aussi accompagner d’autres projets en lien avec l’innovation et la formation. « C’est la finalité qui doit rassembler plus que les enjeux de pouvoir », insiste Dominique Ladevèze.

F. B.