ria
S'abonner
Imprimer Envoyer par mail

Récoltes 2020 : la qualité est au rendez-vous

Les teneurs en protéines des blés français sont généralement supérieures à 11,5 %.Christian Watier

Blés, orges, colza Malgré des volumes en forte baisse, la production de céréales à paille françaises devrait répondre aux cahiers des charges des meuniers et des malteurs.

D’après les estimations du ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation, la production de blé tendre atteindrait 29,7 Mt – en chute de 25 % par rapport à 2019 – pour un rendement moyen de 68,3 q/ha. La production de blé dur baisserait de 17 %, le rendement étant en forte diminution à 51,6 q/ha. La production d’orges, estimée à 11,3 Mt, régresserait elle aussi. La récolte de colza diminuerait, quant à elle, de 4,8 % à 3,3 Mt.

Blé : taux de protéines satisfaisants et poids spécifiques élevés

Sur le plan qualitatif, les teneurs en protéines des blés tendres français devraient répondre aux besoins des utilisateurs. Les moyennes régionales sont généralement supérieures à 11,5 %, voire 12 % sauf dans les Pays de la Loire, en Normandie, en Bretagne et dans les anciennes régions Picardie et Champagne-Ardenne. « Dans la majorité des cas, l’absence de pluie jusqu’à la récolte a préservé le potentiel de poids spécifique élevé mis en place au moment du remplissage grâce au temps ensoleillé. La moyenne nationale devrait s’établir autour de 79-80 kg/hl », constate FranceAgriMer dans son communiqué du 6 août dernier.

Orges d’hiver : très bons calibrages

Les teneurs en protéines majoritairement situées entre 10,5 et 11,5 % devraient, selon FranceAgriMer « satisfaire les utilisateurs brassicoles dans la plupart des cas. Les poids spécifiques sont corrects à bons, selon un gradient Ouest-Est ». Enfin, les calibrages sont très bons. Les régions brassicoles présentent des moyennes supérieures ou égales à 80 %, voire à 90 % (Champagne-Ardenne, Picardie et Poitou-Charentes).

Blé dur : qualité satisfaisante

Les teneurs en protéines des blés durs sont correctes à bonnes, même très bonnes dans le bassin Ouest-Océan. Le poids spécifique est satisfaisant (bassin Ouest-Océan et Sud-Est), voire bon (bassin Centre et Sud-Ouest) en dépit de pluies survenues en fin de cycle dans certains secteurs. La collecte nationale devrait être satisfaisante pour le temps de chute de Hagberg, même si des accidents ont pu être constatés localement.

Colza : meilleures teneurs en huile

En colza, les teneurs en huile sont en moyenne meilleures que l’an dernier et devraient être proches de 44 % de rendement aux normes.

À noter enfin que le virus de la jaunisse transmis par les pucerons met en péril la production sucrière française. Cette maladie peut entraîner des pertes de rendements jusqu’à 30 et 50 %. Julien Denormandie a donc décidé d’autoriser le recours aux traitements de semences à base de néonicotinoïdes pour 2021 et, le cas échéant, les deux années suivantes.

Lire également : Résultats partiels au 17 août 2020 de l’enquête sur la qualité de la récolte française de blé tendre 2020 (source : FranceAgriMer)

Une des plus mauvaises récoltes de petits pois depuis trente ans

La récolte de petits pois 2020 est très mauvaise. Selon le Cénaldi, le déficit atteint les 30 000 tonnes, soit l’équivalent de deux boîtes 4/4 par foyer. Il faut remonter trente ans en arrière pour retrouver un niveau de rendement moyen aussi bas. Au premier tiers de la récolte, il était inférieur de 30 % au prévisionnel et près de 1 000 ha (3 % des surfaces emblavées) étaient abandonnés pour aléas climatiques ou sanitaires. Le rendement moyen global est inférieur de 10 % au prévisionnel, qui n’a cessé de diminuer depuis 2016. La situation est identique dans toute l’Union européenne.

Imprimer Envoyer par mail

Sélectionné pour vous