Selon une étude réalisée par l’Ifop à la demande de Charal, à l’occasion de son troisième MeatLab, sur l’impact des applications sur la consommation alimentaire, il y a déjà en France 25 % d’utilisateurs de ces fameuses « applis ». Parmi eux, 76 % les utilisent depuis moins d’un an, « ce qui souligne le caractère très récent de ce phénomène », note l’étude.

Yuka domine largement ce marché, avec une notoriété de 43 % et 22 % d’utilisateurs. Elle est loin devant Open Food Facts qui affiche 7 % de notoriété et 2,7 % d’utilisateurs. Enfin, « Y’a quoi dedans ? » lancée par Système U se place en troisième position, avec une notoriété supérieure à la deuxième (12 %) mais une utilisation moindre (1,7 %).

Assez logiquement, le profil des utilisateurs montre une surreprésentation des familles, des CSP+, de la région parisienne ainsi que des Millennials. Parmi leurs critères d’évaluation, les présences d’additifs, de sucres ou de certains ingrédients comme l’huile de palme ou le gluten arrivent en tête. Ce qui relègue au second plan des informations comme l’origine, la traçabilité ou les labels.

Lire également.