FranceAgriMer a publié le bilan 2020 et les perspectives 2021 des marchés des gros bovins, du veau, des ovins, des caprins et du porc. Outre l’impact de la Covid-19, le document présente la production de viande (fraîche et congelée) et d’animaux importés et exportés, l’évolution du cheptel, l’évolution du solde du commerce extérieur, les échanges de viandes entre la France et le Monde ainsi que les abattages comparés des pays européens, la consommation des ménages en France et en Europe et l’évolution des prix d’achat de la viande. Ce document présente également les prévisions 2021 de production de viande, d’abattage, d’importation et d’exportation.

De son côté, l’Institut de l’élevage a sorti son cahier annuel dédié aux bovins viande. Il dresse le bilan de l’année 2020, tant en termes d’évolution de marchés des gros bovins, des broutards et des veaux de boucherie que de résultats courants des exploitations d’élevage et trace les perspectives attendues pour 2021. Ainsi, en 2021, la décapitalisation tant allaitante que laitière devrait, selon l’Institut, se poursuivre, voire s’accentuer. La production française reculerait donc de -1%.