Le comité de suivi des relations commerciales s’est réuni pour la première fois à l’occasion des négociations 2020. « Ce sont les premières négociations à se dérouler avec l’ensemble des dispositions opérationnelles », insistent Didier Guillaume, ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation, et Agnès Pannier-Runacher, secrétaire d’État auprès du ministre de l’Économie et des Finances.

Ils sont revenus sur les contournements de l’encadrement des promotions. Quelque 4 500 contrôles ont découvert un taux d’anomalies de 13 %. Et ils ont sans doute surpris certains en estimant que la loi EGalim a déjà permis, en 2019, un climat « moins tendu » et « des efforts en faveur des PME ». Mais d’avertir malgré tout que « la DGCCRF et ses enquêteurs maintiendront une pression élevée de contrôle tout au long des négociations ».

Car tout le monde est d’accord pour estimer que le « round » de 2020 sera décisif pour mesurer l’efficacité de la loi. Malgré des avancées réelles constatées dans le lait, d’autres filières attendent encore la prise en compte de leurs coûts de production. Les questions des MDD et des promotions parfois nécessaires, dans les produits festifs par exemple, sont également soulevées.

B. J.

Voir aussi…