En 2018, les ventes de lait conditionné en grande distribution s’élèvent à 2,3 milliards de litres, soit un repli de 3,3 % en volume par rapport à 2017, annonce le Syndilait, notamment en raison du déclin du petit déjeuner (source : Cniel-IRI). Toutefois, en valeur, le recul des ventes en grande distribution est limité à 0,3 %, grâce à la montée en gamme des produits proposés par les laiteries.

En effet, les achats des ménages se sont majoritairement orientés vers les laits dits « spécifiques » (bio, aromatisé, délactosé, croissance, vitaminé…), qui représentent désormais près de 26 % du marché des laits conditionnés, contre encore 24 % en 2017.

En tête des hausses, les laits enrichis gagnent ainsi 65,3 % de ventes en volume, suivi du lait bio (+ 19,4 %), puis des laits aromatisés (+ 1,8 %) versus 2017 (source : Cniel-IRI panel distributeurs Census/hypers + supers + enseignes à dominante marque propre + drive). Le lait bio représente aujourd’hui 11,2 % de la totalité des laits vendus en grande distribution.

L’origine France du lait gagne aussi du terrain. En 2018, la France a ainsi diminué de 23 % ses importations de lait liquide conditionné par rapport à 2017 : 95 contre 124 millions de litres. Un volume en chute de 58 % par rapport à 2015 (226 millions de litres importés). Désormais, 97 % du lait liquide consommé en France est français.