« Les incertitudes qui planent encore aujourd’hui devraient se lever progressivement au rythme du déconfinement engagé », veut croire Nicolas Trenteseaux, directeur général de Sial Worldwide. Conséquence, le Sial Paris est maintenu du 18 au 22 octobre prochain. « Le gouvernement français a d’ores et déjà donné le feu vert pour la reprise des manifestations à partir de début septembre. Un report n’est donc pas d’actualité et ne serait activé que si la situation était amenée à se dégrader, ne permettant pas d’organiser la manifestation en toute sérénité », explique le Salon.

Cette sérénité justement, il devra la garantir. « Des centaines de mesures sont à l’étude », annonce-t-il : port du masque, lavage systématique des mains, désinfection et aération des espaces, digitalisation des badges, portiques de prise de température ainsi que, pour les dégustations, portions et conditionnements individuels, découpe à la demande, poubelles hermétiques… Côté transports, l’accès au parc des expositions de Villepinte sera soumis aux mesures mises en place par le gouvernement et la région Ile-de-France.

Lire aussi : La quatrième édition des RIA Globes est lancée. Participez !

À ce jour, 93 % du Salon sont déjà réservés et le Sial attend 7 400 exposants provenant de 120 pays, contre 7 200 de 119 pays en 2018. Il avait reçu 310 000 visiteurs il y a deux ans et les organisateurs tablent sur ce même chiffre : « le déconfinement se déroule bien en France et en Europe et nous sommes donc optimistes. Nous percevons des signaux positifs : des pays rouvrent actuellement leurs frontières et la circulation intra-européenne doit être rétablie d’ici au mois d’octobre. Si, pour autant, la situation compromettait la possibilité pour certains exposants d’être présents physiquement, nous prévoyons des solutions alternatives pour permettre leur mise en relation avec des acheteurs, des outils ou des rendez-vous digitaux par exemple ».

Dans le contexte de la crise de la Covid-19, « Own the Change, le thème central de la prochaine édition résonne d’autant plus », insiste Nicolas Trenteseaux : « quelle alimentation pour demain ? Comment nourrir la planète de manière saine et durable ? Quels équilibres entre mondialisation et régionalisme ? ». Le Sial poursuit d’ailleurs sa grande consultation sur l’alimentation en partenariat avec la plateforme Make.org. Il aménagera en octobre un atelier pour présenter les meilleures propositions qui en sortiront.

B. Jullien