"Le sel de table n'est pas diabolisé comme certains produits industriels", se félicite Evelyne Michel, responsable marketing chez Esco France. Mieux, les études montreraient qu'il jouit d'une image d'ingrédient fondamental au sujet duquel "le consommateur ne demande qu'à être séduit".
Contenu réservé aux abonnés RIA

Pour y accéder : 3 possibilités !

52%

Vous avez parcouru 52% de l'article

Vous êtes déjà abonné, inscrivez-vous.

Inscrivez-vous ou identifiez-vous en haut du site. Vous aurez besoin de votre numéro d’abonné.

Je m'inscris
Vous n’êtes pas abonné, abonnez-vous.

Profitez de l’intégralité des contenus du site en vous abonnant en formule Intégrale ou 100% Numérique.

Je m'abonne
Vous n’êtes pas abonné, découvrez gratuitement.

Profitez, sans engagement, de tous les services de La RIA pendant 1 mois, y compris l’accès complet au site Internet.

Je decouvre