Une nouvelle affaire vient d’éclater, qui rappelle nombre d’éléments du scandale de la viande de cheval. La DGGCRF avait été alertée fin mars par des associations sur des problèmes de qualité des steaks hachés qui leur étaient livrés dans le cadre d’un marché financé par le Fonds européen d’aide aux plus démunis (FEAD). Si, alors que leur distribution était immédiatement stoppée, les analyses microbiologiques ne révélaient aucun danger pour la santé des consommateurs, plusieurs dizaines d’échantillons présentaient des non-conformités, notamment des excès de gras, une mauvaise qualité des tissus ou des défauts dans la composition.

Une entreprise française dont le nom n’a pas été divulgué s’approvisionnait auprès d’un industriel polonais, une autre semblant avoir servi d’intermédiaire. L’enquête a été prolongée en Pologne via le réseau « food fraud ». Et les conclusions de l’enquête vont être transmises à la justice pour suspicion de tromperie en bande organisée.

En France, le FEAD, géré par FranceAgriMer, est affecté à quatre associations partenaires : la Croix-Rouge française, la Fédération française des banques alimentaires, les Restaurants du Cœur et le Secours populaire. Elles assurent la distribution de 78 000 tonnes de denrées par an dont, en 2018, 1 500 tonnes de steaks hachés surgelés pour une enveloppe de 5,2 millions d’euros.

Lire aussi :

- Les outils pour prévenir les fraudes alimentaires

- Fraudes : les outils pour les détecter