L214, avec une journaliste et des « lanceurs d’alerte », a assigné en justice le groupe Bigard pour son « opacité financière ». Trois audiences sont programmées courant septembre pour le groupe lui-même, sa filiale Charal et la financière Bigard. « Cette société refuse obstinément depuis maintenant cinq ans de se soumettre à l’obligation légale de publication de ses comptes », s’indigne l’association, qui regrette qu’il soit « extrêmement difficile d’obtenir des images des conditions de mise à mort des animaux dans les abattoirs ».