La nouvelle norme ISO 26030 décrypte la RSE pour l’agroalimentaire

Le 30/01/2020 à 9:50  

La norme qui vient de paraître définit les lignes directrices pour Il s’agit de la première déclinaison sectorielle, au plan international, de la norme sur la responsabilité sociétale parue en 2010. Elle reprend ainsi les sept questions centrales de l’ISO 26000 comme la gouvernance de l’organisation, les droits de l’homme, les conditions de travail, l’environnement, les questions relatives aux consommateurs… « Elle y intègre les spécificités du secteur agroalimentaire, en renforçant certains sujets tels que le bien-être animal, le gaspillage alimentaire, le comportement éthique, l’économie circulaire », a expliqué , responsable du pôle agroalimentaire à Afnor Normalisation, lors d’un colloque organisé au Cese (Conseil économique, social et environnemental) le 23 janvier.

Pendant trois ans, les experts d’une trentaine de pays ont participé à ces travaux

« La RSE et le développement durable font partie de l’ADN de la coopération agricole. C’est un levier de différenciation et d’amélioration des conditions d’accès aux marchés », a souligné Dominique Chargé, président de la Coopération agricole. En annexe de cette norme ISO 26030 baptisée « Responsabilité sociétale et développement durable – lignes directrices pour l’utilisation de l’ISO 26000 : 2010 dans la chaîne alimentaire », sont décrits Un lien est également fait avec les Objectifs de développement durable (ODD) de l’agenda 2030 de l’ONU. « Il s’agit d’un projet co-construit dans un consensus public-privé, qui a abouti à une norme d’application volontaire facilitant l’engagement concret des entreprises agroalimentaires dans une démarche RSE », précise Sandrine Espeillac.

Copy link
Powered by Social Snap