Abattoirs : l’avis du CNA adopté à l’unanimité

Le 28/02/2019 à 9:00  

À la suite de la diffusion d’images choquantes dans les médias et au rapport de la commission d’enquête parlementaire présidée par Olivier Falorni, un Comité national d’éthique des abattoirs a été créé en 2017. Son avis n°82 vient d’être adopté à l’unanimité par le Conseil national de l’alimentation (CNA).

Le CNA a ainsi identifié , à destination de l’ensemble des acteurs intervenants dans les abattoirs. Ces recommandations poursuivent cinq ambitions, présentées ci-après.

Le CNEAb (Comité national d’éthique des abattoirs) insiste sur la nécessité d’harmoniser, d’intensifier et de suivre le déploiement des bonnes pratiques à l’abattoir, à l’échelle de l’ensemble des acteurs. Cela se fera notamment via la validation et la diffusion des guides de bonnes pratiques ou via la mise en place de grilles d’évaluation de la bientraitance animale en abattoir, réalisées par les professionnels, en collaboration avec des organisations de protection animale.

Le CNEAb souligne par ailleurs l’importance de mettre en place des espaces d’échanges entre acteurs au sein des abattoirs et de protéger le responsable protection animale et les lanceurs d’alerte.

Il est également proposé d’optimiser les contrôles des services vétérinaires de l’État pour assurer un contrôle permanent.

Les métiers dans les abattoirs, tant en production que dans les contrôles, ne sont pas ou peu connus et reconnus. Le CNEAb recommande de mieux valoriser ces métiers et de reconnaître les qualifications professionnelles, notamment via un renforcement du contenu des formations initiales et continues. Des campagnes d’information et de valorisation à destination du grand public devraient être mise en place.

Il apparaît également nécessaire de mieux former aux bonnes pratiques d’abattage et de poursuivre la réflexion sur les conditions d’abattage sans étourdissement, dans une perspective d’évolution.

Le CNEAb estime important d’avoir une meilleure connaissance des abattoirs. Pour cela, il recommande la constitution d’une base de données d’ici à fin 2019 à partir, entre autres, des données de l’Observatoire national des abattoirs. Elle sera enrichie par les professionnels et les services vétérinaires de l’État.

Le CNA insiste sur l’importance d’orienter les investissements, notamment dans le cadre du plan d’investissement issu des états généraux de l’alimentation, vers une amélioration de la répartition territoriale pour limiter les transports d’animaux.

Le CNEAb recommande également d’améliorer les infrastructures et le matériel, ainsi que de soutenir les abattoirs mettant en place des pratiques garantissant une amélioration des conditions de manipulation et d’abattage des animaux.

La bientraitance animale est étroitement liée au bien-être des salariés. Ainsi, le CNEAb recommande d’améliorer les conditions de travail des salariés dans les abattoirs.

Les abattoirs ne sont pas ou peu connus du grand public. Afin de pallier ce manque, il est essentiel de développer une information claire, sans message publicitaire, rédigée en concertation avec l’ensemble des acteurs concernés par le processus d’abattage, y compris les associations de protection animale. Cette information doit être basée sur des messages prenant en compte les données acquises de la science et formulée dans une forme compréhensible par les consommateurs. Ainsi, le CNEAb recommande que lui soit confié le mandat de proposer une stratégie d’information pour tous les publics.

Le CNEAb recommande aussi d’assurer une meilleure information du consommateur sur le bien-être des animaux d’élevage, qui intègre la bientraitance à l’abattoir. Cette information pourrait prendre la forme d’un étiquetage sur le produit. Il sera nécessaire de mettre en place une étude sur les bénéfices attendus ainsi que sur les impacts d’un tel étiquetage. Ce sujet étant complexe, le CNEAb doit continuer sa concertation pour aboutir à une proposition de solution opérationnelle sur la base d’indicateurs à définir par le Centre national de recherche sur le bien-être animal.

Le CNEAb recommande de développer une approche transversale de la recherche sur les abattoirs et de coordonner, au niveau national et européen, les équipes de recherche travaillant sur la protection animale en abattoir, la qualité de vie au travail des salariés et des SVI ainsi que sur la relation entre les deux et de mettre en place une tête de réseau.

Il recommande également de soutenir financièrement les projets de recherche et de favoriser la recherche pluridisciplinaire ainsi que d’orienter les projets vers des besoins identifiés.

Télécharger
l’avis n°82 du CNA

Lire également :
Interbev publie la grille interprofessionnelle d’évaluation de la protection animale à l’abattoir

Renforcement des bonnes pratiques
Compétences professionnelles
Recensement et suivi des abattoirs
Information du consommateur
Recherche

Copy link
Powered by Social Snap