L’OMS appelle à une interdiction globale des acides gras trans industriels

Le 16/05/2018 à 15:06  

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a dévoilé, le 14 mai, une campagne visant à éliminer les acides gras trans industriels, très répandus dans les aliments industriels. Ces composés devraient pouvoir être éliminés à l’horizon 2023.

Elle a publié un guide, intitulé REPLACE, qui présente, étape par étape, les mesures à prendre pour éliminer de l’alimentation les acides gras trans produits industriellement, partout dans le monde.

L’OMS estime que, chaque année, les apports en acides gras trans entraînent plus de 500 000 décès par maladie cardiovasculaire.

L’approche REPLACE comporte six mesures stratégiques pour éliminer rapidement, complètement et durablement de l’alimentation mondiale les acides gras trans produits industriellement :

REview :

Promote :

Legislate :

Assess :

Create awareness :

Enforce :

Plusieurs pays à haut revenu ont presque éliminé les acides gras trans produits industriellement en fixant par la loi des teneurs limites pour les aliments emballés. Certains gouvernements appliquent une interdiction nationale des huiles partiellement hydrogénées, la principale source d’acides gras trans produits industriellement.

Au Danemark, le premier pays à avoir imposé des restrictions sur les acides gras trans produits industriellement, la teneur en acides gras trans des produits alimentaires a fortement baissé et les décès par maladie cardiovasculaire ont baissé plus rapidement que dans les pays comparables de l’OCDE.

« La ville de New York a éliminé les acides gras trans produits industriellement il y a une dizaine d’années, suivant l’exemple du Danemark », a expliqué le Dr Tom Frieden, président-directeur général de Resolve to Save Lives, une initiative de Vital Strategies. « Les acides gras trans sont un produit chimique toxique inutile et meurtrier. Il n’y a aucune raison pour que les habitants de la planète continuent d’y être exposés. »

L’OMS recommande que le total des apports en acides gras trans soit limité à moins de 1 % des apports énergétiques totaux, soit moins de 2,2 grammes/jour pour un régime à 2 000 calories. Les acides gras trans augmentent les taux de LDL-cholestérol, un marqueur biologique reconnu du risque de maladie cardiovasculaire, et réduisent les taux de HDL-cholestérol, lequel ramène le cholestérol des artères au foie où il sera excrété dans la bile. Les régimes à teneur élevée en acides gras trans augmentent le risque de cardiopathie de 21 % et le risque de décès de 28 %. Le remplacement des acides gras trans par des acides gras insaturés réduit le risque de cardiopathie, en partie en réduisant les effets négatifs des acides gras trans sur la lipidémie. De plus, des éléments indiquent que les acides gras trans pourraient accroître l’inflammation et le dysfonctionnement endothélial.

Copy link
Powered by Social Snap