Renaissance de la brasserie Motte-Cordonnier

Le 26/11/2020 à 9:40

Fondée en 1650 deux ans après Météor -  -, puis dans le giron familial depuis 1749, la Brasserie Motte-Cordonnier avait été reprise au début des années 1970 par le groupe belge Artois qui deviendra AB InBev. Ce dernier décida de fermer cette usine d’Armentières, dans le Nord, en 2009, qui avait employé jusqu’à près d’un millier de salariés. Dix ans plus tard, une quinzaine de membres de la dixième génération de la famille fait .

Si une partie du site est transformée en logements par un promoteur immobilier, elle compte y réinstaller une brasserie ainsi qu’un musée et un estaminet. Elle a déjà commencé une production de quelque mille hectolitres avec l’aide de deux brasseurs voisins et va consacrer, en 2021, pour relancer sa propre production.

La CHR locale diffuse déjà ses marques comme René (blonde classique) ou Emile (triple fermentation), réalisées à partir de houblon français et d’orge des Hauts-de-France. L’entreprise familiale compte développer ce courant d’affaires, ainsi que celui des cavistes ou de la proximité en se dotant d’une capacité de 4 à 5 000 hectolitres. Les équipements ont été commandés et

« La bière redevient à la mode », se réjouit Frédéric Motte qui conduit l’aventure et envisage de lancer une campagne de crowdfunding auprès de la population ou des anciens de l’entreprise pour en « refaire un élément de vie locale ». Seule ombre au tableau pour le moment, la crise du Covid bien sûr, « mais nous pouvons en surmonter les impacts étant donné notre taille encore modeste », assure Frédéric Motte.

B. J.

Copy link
Powered by Social Snap