Pourquoi D'aucy mise sur William Saurin

Le 24/05/2017 à 9:25  

Après le dépôt de cinq candidatures à la reprise de William Saurin (), Elle concerne l'intégralité du pôle plats cuisinés appertisés de Financière Turenne Lafayette, à savoir les trois usines de William Saurin ainsi que son site logistique, auxquels s'ajoutent la Belle Chaurienne, Julien Mack, Soulié Restauration et CCA Périgord. L'intégralité des quelque 1 300 emplois (en équivalent temps plein) sera préservée. « Dans la durée », ajoute Alain Perrin, directeur général du groupe coopératif breton.

LBO France serait légèrement majoritaire dans le dispositif

Mais la marque William Saurin intéresse aussi au plus haut point le groupe, dont « Nos administrateurs soutiennent le projet et je constate, sur le terrain, une bonne compréhension de sa logique qui consolidera le groupe », explique Alain Perrin. D'aucy (ex-Cecab) devrait annoncer un chiffre d'affaires 2016 de l'ordre de 1,25 milliard d'euros, aux deux tiers réalisés dans la transformation de légumes, les ovoproduits ainsi que la charcuterie-salaison.

Désormais, c'est à Financière Turenne Lafayette de prendre position, tandis que , le « sauveur » de Doux. Cette offre serait comparable à celle de D'aucy, avec des montants aux alentours de 80 millions d'euros. Par ailleurs, mais sa proposition pourrait poser quelques difficultés en termes de concurrence (elle détient déjà Raynal et Roquelaure et Zapetti). Sans oublier la « petite » , qui aurait également trouvé des associés pour la soutenir.

Copy link
Powered by Social Snap