Le sort de l’usine Banania en question

Le 06/12/2018 à 11:10  

Exploitant les marques Banania et Benco, Nutrimaine a annoncé avoir engagé « une réflexion stratégique sur l’évolution de son activité en France ». Selon elle, le marché du chocolat en poudre a chuté de 27 % depuis sept ans et la tendance se serait même accélérée depuis les deux dernières années avec une baisse de 13,6 %. Elle envisage de privilégier une relance de ses marques « axée sur la diversification des produits et des circuits de distribution » avec « d’importants investissements » en innovation, marketing et commercialisation.

Mais c’est surtout le sort de l’usine de Faverolles, dans la Somme, qui attire l’attention. Avec une capacité de 20 000 tonnes, sa production est tombée à seulement 7 700 tonnes. À ce stade, Catherine Hostein, présidente de Nutrimaine, se borne à parler d’une « réorganisation industrielle » présentée aux représentants du personnel. Cependant, le spectre d’un transfert des activités sur une usine de l’allemand Krüger, son actionnaire majoritaire depuis 2010, ressurgit.

Deux ans après la cession par Unilever, des salariés avait déjà craint, fin 2005, une telle délocalisation, alors via une vente pure et simple à Krüger. Depuis, les tentatives de ou le lait aromatisé n’ont pas suffi à compenser la déconsommation de boissons chocolatées.

B. J.

Copy link
Powered by Social Snap