La loi alimentation votée : inflationniste ou ruisselante ?

Le 04/10/2018 à 14:02  

« Contrairement à ce que certains prédisent, ce projet de loi n’est pas là pour augmenter les prix pour le consommateur (…). Cette loi vise une meilleure répartition des marges des distributeurs (…) pour que les opérations de certains sur les produits d’appel – ceux des grandes marques nationales qui attirent le consommateur et influent sur les parts de marché – ne soient pas financées par des prix forts payés par le consommateur sur les produits agricoles et l’écrasement des prix d’achat au producteur. » Dans le dernier discours de défense de son projet de loi adopté mardi par l’Assemblée nationale, Stéphane Travert a encore voulu démonter l’argumentation de Michel-Édouard Leclerc, qui venait tout juste d’écrire au Premier ministre pour dire tout le mal qu’il pensait du redressement du seuil de revente à perte. Face aux espérances agricoles, les industriels et les distributeurs favorables à cette mesure auront leur rôle à jouer pour qu’on finisse par pouvoir dire qui avait raison.

Consulter le texte de loi définitif.

Copy link
Powered by Social Snap