La filière volaille inquiète pour son avenir

Le 01/02/2021 à 11:31  

En fin d’année 2020, les volailles françaises ont bien été de la fête ! Ainsi, « elles se sont très bien vendues en magasins, allant même parfois jusqu’à des situations de ruptures à quelques jours des fêtes », souligne Anvol, l’Interprofession de la volaille française.

Cependant, l’actualité de ce début d’année 2021 s’est assombrie et les professionnels sont inquiets pour l’avenir de leur filière. Ils doivent faire face à trois défis simultanés : la flambée du cours des matières premières, la lutte contre l’influenza aviaire et le manque de visibilité sur leurs activités liées à la restauration.

Depuis plusieurs mois, les éleveurs sont confrontés à la hausse des coursdes matières premières composant l’alimentation de leurs volailles. Ainsi, en décembre 2020, l’indice Itavi qui mesure ces évolutions affichait une hausse de 18% par rapport à la même période en 2019. Cette flambée a une incidence très importante pour les producteurs puisque l’alimentation représente de 60 à 65% du coût total de la production d’une volaille. Et, d’après les prévisions de l’Itavi, la situation devrait se poursuivre tout au long du 1er semestre 2021, avec des hausses estimées des différentes matières premières de plus de 20% par rapport au même semestre de l’année précédente.

Aussi, l’interprofession demande à l’ensemble des maillons de la filière de prendre en compte l’évolution de ces indicateurs et la hausse importante du coût de production

L’épizootie d’influenza aviaire , région historique de production sous Label Rouge, et concerne tous les élevages de volailles, qui sont par conséquent soumis à des abattages et de fortes contraintes de circulation. Les professionnels sont également confrontés à la fermeture de certaines frontières les empêchant d’exporter.


Lire aussi : (14.01.21)

Ces dernières années, la Restauration Hors Domicile, qui représente plus du quart des débouchés du marché des volailles, a joué un rôle majeur dans la progression de la consommation globale des volailles en France. Mais, en 2020, la crise sanitaire a rompu cette dynamique. Aujourd’hui, les professionnels de la filière des volailles françaises sont très inquiets du manque de visibilité sur la reprise de ce secteur déterminant. « Dans ce contexte, certains éleveurs vivent sous la menace de devoir abandonner leur activité, notamment dans les petites filières des canards, pintades, cailles et pigeons », commente Anvol.


Lire aussi :

Flambée des matières premières
Influenza aviaire
Restauration

Copy link
Powered by Social Snap