Innovation et diversité au programme d'Heineken France

Le 24/02/2017 à 10:28  

Porté par la réussite de l'Euro de football mais ralenti par une météo décevante, , tous circuits confondus, la CHR redevenant légèrement positive. « C'est l'innovation qui tire l'essentiel de la croissance », se réjouit Pascal Sabrié, président d'Heineken France . L'an dernier, 5,2 % du chiffre d'affaires en GMS a été généré par des innovations, contre 2,7 % trois ans plus tôt. Pour Heineken seulement, cette part atteint 6,9 % et la filiale française du brasseur néerlandais s'est fixé l'objectif de 8,6 % cette année.

Pour cela, (). Au programme : déclinaison de Mort Subite en blonde, de Desperados (Sangre et Mojito), d'Affligem... Elle intègre également de nouveaux produits du groupe dans son portefeuille en CHR : la jamaïcaine Red Stripe, la belge Hapkin, l'anglaise Newcastle et l'italienne Birra Moretti. Mais elle développe également sa marque-phare − Heineken − en ouvrant un segment « wild lager » avec la H71 fermentée avec une levure sauvage, ainsi qu'en lançant une référence blonde vraiment sans alcool, segment où le groupe est déjà présent avec Buckler. Heineken 0.0 est obtenue à partir d'une désalcoolisation sous vide qui préserve les arômes. Enfin, le système de tirage à domicile (près d'un million de machines Beertender et Sub déjà vendues avec Seb, pour des ventes de bières représentant 3,5 % des volumes du marché) se décline avec « The Blade » pour répondre aux besoins de professionnels à faibles volumes (fûts de huit litres).

En 2016, Heineken estime avoir gagné 0,6 point de parts de marché avec toutes ses marques, GMS et CHR réunies. Elle investira, en 2017, 20 millions d'euros dans ses trois brasseries françaises : outre Schiltigheim (voir RIA News n° 349), sept millions sont programmés à Mons-en-Baroeul et 3,7 à Marseille.

Copy link
Powered by Social Snap