Findus se met au bio

Le 28/01/2021 à 9:40  

On le sait, la crise du Covid a été . Pour la première fois depuis 2016, leurs ventes ont augmenté : + 13,1 % en valeur selon Findus, dans un marché des PGC-FLS à + 5,1 % en 2020. « Les Français ont redécouvert le plaisir des surgelés qu’ils avaient un peu oublié », résume Virginie Habermacher, directrice marketing de la marque. Cette dernière en a profité, avec une part de marché progressant de 0,3 point à 10,1 % en valeur.

Outre la reprise de ses produits emblématiques, Croustibat à + 25,9 % par exemple, a progressé de 44 % pour atteindre les 21 millions d’euros de chiffre d’affaires. L’Atelier Poisson a déjà réalisé 3,9 millions sur ses six premiers mois de lancement. Et dont le véritable lancement s’est produit au mois de septembre, représente près de 23 % des ventes de la catégorie, avec 2,8 millions de chiffre d’affaires.

Findus aborde l’année 2021 avec huit nouveaux lancements.

Mais c’est surtout , dans un univers surgelés où ce segment est encore peu développé. Elle lance trois recettes de colin d’Alaska cuisiné à la sauce bio (le poisson sauvage ne pouvant arborer le logo AB). Et décline sa recette phare d’épinards hachés à la crème avec une origine France, elle bien estampillée AB.

« Nous allons entretenir la dynamique du marché », promet Vincent Jacquot, directeur général de Findus France. La filiale du groupe Nomad Foods poursuit au même rythme ses investissements sur le site de Boulogne-sur-Mer, dans le Pas-de-Calais. Selon Vincent Jacquot, « plus que les capacités, les répercussions de la crise du Covid posent surtout le challenge de l’étalement des productions dans le temps, pour gérer les à-coups de commandes et les approvisionnements en matière première, en particulier sur le poisson ».

B. Jullien

Copy link
Powered by Social Snap