Durcissement du militantisme anti-viande

Le 11/10/2018 à 9:20  

L’incendie qui a partiellement détruit, fin septembre, l’abattoir des établissements Gesler, au Haut-Valromey, dans l’Ain, a été revendiqué par des militants antispécistes. Ces derniers ont salué les attaques dont font l’objet les boucheries et récusent toute forme d’élevage, « aussi bienveillant soit-il ». La Fédération nationale bovine avait déjà condamné des « comportements extrémistes », mettant d’ailleurs paradoxalement des animaux en danger.

Mardi 9 octobre, c’est Jean-Paul Bigard, le président de Culture Viande, qui est monté au créneau : « il y en a marre, marre, marre ! » a-t-il martelé. Le Syndicat des industriels de la viande déplore toujours une baisse de la consommation de viande (- 2,8 % à domicile à fin août selon Kantar Worldpanel) et va préparer des mesures pour mieux valoriser les efforts de ses entreprises en matière de bien-être animal et d’environnement.

Concernant le bien-être, la FGA-CFDT réclame d’ailleurs que l’expérimentation de la vidéosurveillance des abattoirs ne puisse « être utilisée pour sanctionner les salariés » et, de ce fait, générer chez eux « une pression, voire un mal-être ». Dans un autre registre, Nestlé va mettre en place le système SenseHub d’Allflex Livestock Intelligence pour évaluer le bien-être des vaches laitières dans les fermes qui l’approvisionnent.

Copy link
Powered by Social Snap