Covid : l’agroalimentaire tient bon

Le 13/01/2022 à 9:04  

La contagiosité du variant Omicron inquiète tout particulièrement les différents acteurs de la chaîne alimentaire. Toutefois, les nouvelles règles d’isolement qui permettent aux salariés de revenir plus rapidement sur leur lieu de travail et le fait que les écoles restent ouvertes font que le taux d’absentéisme moyen reste modéré en ce début d’année 2022. Il est passé de 5 % il y a dix jours à 10-15 % aujourd’hui, bien en deçà des 35 à 40 % qui avaient été constatés au printemps 2020.

« L’agilité des entreprises, couplée au recours à l’intérim et à la réorganisation des plannings, font que la chaîne alimentaire tient bon », se félicite-t-on au ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation. Certes, le taux de service a baissé d’environ 2 % mais on ne constate pas de rupture en magasins. Les délais de livraison pouvant être allongés, le ministre Julien Denormandie appelle, pour sa part, à la plus grande mansuétude des distributeurs dans l’instauration des pénalités logistiques… ce à quoi leurs représentants se seraient effectivement engagés. De son côté, la DGCCRF s’assurera que les nouvelles dispositions prévues par Egalim 2 sur ce point soient respectées.

Le ministère des Transports a mobilisé différentes cellules afin de suivre la situation de près. Les points d’attention concernent notamment le transport routier, les capillaires (liaison entre les silos de stockage et le fret ferroviaire) dans le cadre de l’exportation de céréales, la pénurie de conteneurs et l’engorgement de certains ports européens, notamment au Benelux.

Les pouvoirs publics se veulent néanmoins rassurants, rappelant que si la chaîne d’approvisionnement en produits frais (volaille, viande bovine, fruits et légumes) est en tension, aucune rupture en magasin n’est anticipée.

L.B.

Copy link
Powered by Social Snap