Printemps 2021 : gare aux ruptures !

Le 22/04/2021 à 10:00  

Il n’y a pas que les glaces qui soient concernées par les risques de ruptures. NielsenIQ estime qu’en 2020, aura fait perdre 2,5 milliards d’euros de chiffre d’affaires : 209 millions pour les bières, 119 millions pour les boissons gazeuses, 111 millions pour les cafés ou encore 109 millions pour le lait.

« Les ruptures de stock entraînent une moindre satisfaction de la clientèle et une baisse de la fidélité », observe Odile Nonat, directrice retail Europe chez le panéliste. et 70 % achètent une autre marque lorsqu’un produit recherché est en rupture. »

Or NielsenIQ alerte sur une recrudescence du phénomène à l’approche des beaux jours, devant la « Les Français vont plus que jamais aspirer à se socialiser et à retrouver familles et amis », prévoit Laurent Beneditti, directeur analytique programmes collaboratifs. La pression pourrait alors augmenter sur certaines catégories, comme les produits pour barbecue, les vins rosés, les alcools ou les boissons rafraîchissantes.

Copy link
Powered by Social Snap