Mytilimer prépare la construction d’une nouvelle usine à Cancale, en Ille-et-Vilaine. Baptisé #Kerbone, ce projet nécessitera un investissement de vingt millions d’euros et regroupera plusieurs activités du groupe : conditionnement de moules, conserves, fumaison, ainsi que développement de nouveaux produits, dont de nouvelles gammes pour la marée libre-service. Outre la rationalisation des flux logistiques et des consommations d’énergie, le nouveau site fonctionnera avec un dispositif de gestion de l’eau de mer en circuit fermé et intégrera une ligne d’emballages éco-conçus.

Mais son innovation principale sera la valorisation des moules hors calibre par hydrolyse enzymatique, reposant sur un brevet déposé en 2018 et labellisée par le pôle Mer Bretagne Atlantique. 20 % des récoltes perdues seront transformés en hydrolysats destinés aux fabricants d’arômes et d’ingrédients pour l’alimentation humaine et la petfood, ou en poudre de coquilles pour l’alimentation animale, le BTP ou les bioplastiques.

Dans ce but, l’entreprise bretonne, détenue par cinq entreprises de production, augmentera ses fonds propres grâce à Breizh Immo et la Banque des territoires. Accompagnée dans le cadre de l’accélérateur agroalimentaire de Bpifrance, elle réalise 37 millions d’euros de chiffre d’affaires (hors élevage et mareyage) avec 150 salariés, pour une production de plus de 11 000 tonnes de produits finis. Après cette construction, elle passera de 13 à 10 sites et prévoit 60 créations d’emplois en cinq ans.

En avril dernier, Mytilimer a déjà lancé de nouvelles références à la marée libre-service – coquillages farcis, acras, bouchées, tartinable ou tapas – sous sa marque La Cancalaise, toutes issues des filières marines bretonnes.

B. J.