Le commerce équitable sur les traces du bio

Le 24/05/2017 à 9:14  

La 17e quinzaine du commerce équitable prendra fin samedi prochain. Bien que plus discret ces dernières années, , d'autant qu'il a été favorisé par l'ouverture du concept aux filières françaises, en 2014, par la loi pour l'Économie sociale et solidaire de Benoît Hamon. Désormais, le périmètre peut donc accueillir des produits « made in France » comme ceux certifiés par Ecocert solidaire ou les chartes Paysan d'Ici (Éthiquable), Biocoop ou Agri Éthique. Fondé sur des prix minimum garantis aux producteurs, des primes versées aux organisations et des actions sociales, le commerce équitable devrait donc entrer désormais dans une seconde phase pour laquelle les opérateurs souhaitent le lancement par le nouveau gouvernement d'un second plan national en sa faveur.

En 2016, le marché français, composé à 95 % de produits agroalimentaires, a fait un bond de 46,8 % en valeur. Toutefois, sans les produits du commerce équitable « nord-nord », il aurait malgré tout progressé de 21 % avec les seuls produits des échanges nord-sud qui en constituent encore 70 %. Il atteint 948 millions d'euros de chiffre d'affaires, avec , soit deux fois plus qu'en 2013. L'univers du commerce équitable semble donc suivre les pas des produits bio, avec lesquels il converge d'ailleurs souvent : les trois quarts des produits équitables nord-sud sont également labellisés bio, tandis qu'en France, les initiateurs du marché proviennent déjà du monde du bio. Les GMS ne représentent encore que 41,9 % des ventes, les circuits spécialisés bio en prenant 20 % environ.

Copy link
Powered by Social Snap