Le tribunal de commerce de Paris vient de condamner Yuka pour pratique commerciale déloyale et trompeuse, ainsi que pour dénigrement. La plateforme de notation des aliments avait choisi de proposer aux consommateurs l’interrogeant sur des charcuteries de signer la pétition en faveur de la suppression des nitrites, déposée de concert avec la Ligue contre le cancer et Foodwatch.

Devant recevoir 20 000 euros de dommages et intérêts de Yuka, la Fict s’est réjoui que la première instance ait ordonné « la suppression et la modification d’allégations négatives contre les nitrites et les nitrates ». Alors qu’un avis de l’Anses est attendu sur la question de fond, les industriels charcutiers rappellent leur rôle sanitaire, contre le botulisme notamment, ainsi que la position de l’Académie d’agriculture de France estimant que leur lien avec l’augmentation du risque de cancer colorectal « n’est pas scientifiquement établi ».

De son côté, Yuka compte faire appel de cette décision et précise au passage que la Fict a, en outre, été déboutée de plusieurs demandes, dont celle visant à modifier le système de Yuka d’évaluation des produits, qui prend précisément en compte la présence de nitrites. À titre d’exemple, un jambon bio conservation sans nitrite obtient une note de 79 sur 100, jugée « excellente », tandis qu’un jambon cuit standard reçoit 39 sur 100, qualifiée de « médiocre ».

B. J.