Le contexte

Le groupe italien La Linea Verde est aujourd’hui le coleader du marché de la salade prête à l’emploi (4e gamme) en Italie. Il a été fondé en 1991 à Manerbio, dans le nord de la pénisule, par Giuseppe et Domenico Battagliola. Toujours familial, il s’est diversifié depuis 2006 dans la fabrication de soupes fraîches, tout en lançant sa marque DimmidiSì, traduite en France par « DisMoiOui ». Générant environ 600 M€ de chiffre d’affaires, le marché français de la salade 4e gamme est stratégique pour le groupe. Sa filiale hexagonale, La Ligne Verte, réalise déjà 8 M€ de CA, essentiellement à marques de distributeur.

Le projet

Avec l’objectif d’assurer « un taux de service maximal toute l’année avec des matières premières de qualité », comme le précise Valérie Hoff, directrice marketing, le groupe a décidé d’investir dans un site de production en France. En janvier 2020, il a ainsi fait l’acquisition à Sénas, dans les Bouches-du-Rhône, d’un ancien site de découpe de fromages fermé trois ans plus tôt. Dix mois de travaux ont été nécessaires pour le modifier. Au total, ce projet aura mobilisé un budget de 5 M€. Il assure désormais la production de salades pour des clients jusqu’alors servis depuis les sites italiens et espagnols de La Linea Verde. Hormis les jeunes pousses venues d’Italie, le site transforme des salades adultes cultivées en France huit mois par an, sauf crise météorologique. « En France, nous travaillons avec 15 fournisseurs souvent historiques du groupe, comme pour la mâche et l’iceberg », assure la directrice marketing du groupe.

Le site

Pour l’heure, seule la moitié de la surface de l’usine a été réindustrialisée, soit 4 500 m². La production a été installée dans les anciens stockages afin de bénéficier d’une hauteur de plafond suffisante pour installer les peseuses associatives à l’aplomb des ensa­cheuses. Un quai de réception des matières premières brutes a été créé afin de respecter la marche en avant. Le site est équipé de trois lignes de parage et de lavage spécialisées dans le traitement des salades adultes, des jeunes pousses et des crudités (carottes­ et choux). Ces installations alimentent quatre lignes d’ensachage installées dans une « zone blanche ». Chacune d’entre elles est munie d’un trieur optique qui contrôle la présence de chlorophylle, la transparence, la densité, la couleur et la taille des feuilles de salade. Le site élabore ainsi une trentaine de références. En 2021, il devrait produire 10 millions de sachets, portant les ventes de la filiale française à 9 M€.

« L’année prochaine, nous prévoyons une progression de nos ventes et de nos volumes produits de 40 %, sachant que nous avons encore de la place dans le site pour installer deux nouvelles lignes », assure Marie-Pierre Derouet, chef de projet La Ligne Verte France. De quoi atteindre

sereinement un chiffre d’affaires

de 15 M€. Pour la suite, l’entreprise envisage déjà d’agrandir l’unité

de Sénas, voire d’investir dans

un deuxième site pour améliorer sa couverture nationale.

François Biaggini
test
Entièrement nouvelle, cette ligne est équipée d’un tunnel de séchage qui assure une meilleure tenue dans le temps au produit fini.
Repères
    La Linea Verde

    CA 2020 : 315 M€ (60 % hors d’Italie).

    Effectif : plus de 1 500 salariés.

    Activités : salades prêtes à l’emploi 80 % et plats frais 20 %, sous MDD 66 % et à marque (DimmidiSì).

    Production : 250 t par jour de matières premières traitées.

    Usines : 3 en Italie, 3 en Espagne, 1 en Serbie­ et 1 en France.

    La Ligne Verte

    CA 2020 : 8 M€.

    Effectif : 50 salariés.

    Production : 10 millions de sachets.