« En novembre 2018, la Cour des comptes européenne a publié un Rapport spécial sur l’application des normes de l’UE sur le bien-être animal (période 2012-2018), fruit d’un audit mené de septembre 2017 à juin 2018 dans cinq pays – Allemagne, France, Italie (Sardaigne), Pologne et Roumanie – », explique le Centre d’études et de prospectives du ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation.

Le rapport souligne des « progrès significatifs en la matière, avec cependant des faiblesses dans certains domaines comme le transport et l’abattage des animaux d’élevage. Il mentionne aussi le rôle incitatif de la PAC, plus particulièrement de la mesure 14 de développement rural concernant les « paiements en faveur du bien-être des animaux », d’un montant de 1,5 milliard d’euros (2,5 milliards en comptant les fonds nationaux), répartis entre 18 États membres au cours de la période 2014-2020. Les auteurs recommandent des normes plus ambitieuses et une meilleure coordination de leurs contrôles et de ceux portant sur la conditionnalité, avec des sanctions proportionnées à la gravité des cas de non-conformité. Les échanges de bonnes pratiques entre États membres sont également souhaitables.