À la suite du dernier avis de l’Anses, le gouvernement a décidé, mercredi, d’interdire « par précaution », dès le 1er janvier 2020, la mise sur le marché de denrées alimentaires contenant du dioxyde de titane (E171).

Selon les ministères de la Transition écologique et solidaire et de l’Économie et des Finances, l’Anses souligne dans son avis que « l’évaluation des risques liés à l’emploi de cet additif souffre toujours d’un manque de données que les metteurs sur le marché et fabricants de cet additif auraient dû fournir, ce qui ne permet pas de répondre aux recommandations formulées par les agences d’évaluations et de lever les incertitudes résiduelles pour garantir la sécurité de l’utilisation de cet additif. En particulier, aucune dose journalière admissible n’a pu être fixée pour cet additif, en raison du manque de données ».

Un arrêté suspendant la mise sur le marché des denrées alimentaires contenant l’additif E171 à partir du 1er janvier 2020 a été signé et sera publié « dans les meilleurs délais ».

Quelques articles de RIA pour en savoir plus :

Nanomatériaux : le casse-tête de l’étiquetage

Confiserie de sucre : le rebond du bonbon

Mars investit 70 M€ pour supprimer le dioxyde de titane des M & M’s

Des bonbons presque tous sans TiO2