Les produits nouveaux compatibles avec les régimes végétaliens et végétariens sont dans le viseur de la DGCCRF. Elle vient ainsi de publier les résultats d’une enquête, visant à vérifier qu’ils respectent les règles d’étiquetage, de présentation des denrées, de composition et de caractéristiques nutritionnelles. L’enquête de la DGCCRF révèle l’usage de dénominations de vente et de présentation qui peuvent tromper le consommateur lors de son achat. En effet, elles puisent dans le registre des produits d’origine animale pour désigner des denrées qui revendiquent une composition exclusivement végétale.

Ainsi, des produits végétaux font référence à des produits laitiers (« fromages vegan », « lait de chanvre »), carnés (« filet végétal façon canard », « bacon vegan », « jambon roulé aux herbes »), de la mer (« bâtonnets de poissons panés », « filet de saumon végétal ») ou au chocolat (« lapin de Pâques en chocolat au lait végétal »), au miel (« sirop au goût de miel et de caramel »).

L’autre point important relevé concerne le prix de ces produits, plus élevé que leur équivalent d’origine animale. Ces différences s’expliquent par le fait que les produits véganes revendiquent souvent d’être également bio. Par ailleurs, pour approcher le goût ou la texture des produits traditionnels, ils sont très transformés et ont fait l’objet de recherches, qu’il faut financer.

Au total, 374 établissements ont été visités, principalement au stade de la distribution (grande et moyenne surface, commerces de détail et saisonniers). Des producteurs locaux identifiés lors des visites des enquêteurs ont également été contrôlés.

Les suites données aux contrôles ont été essentiellement d’ordre pédagogique. L’enquête n’avait pas une vocation répressive, et avait essentiellement pour finalité d’acquérir une vision claire du marché et de rappeler la réglementation aux opérateurs.