RIA : Quelle est la spécificité de Carte Noire ?

Vincent Flouquet : Initialement détenue par l’américain Mondelez, dont les activités café ont fusionné avec D.E Master Blenders en 2015 pour donner naissance à JDE (Jacobs Douwe Egberts), Carte Noire est devenue une entreprise à part entière lors de son rachat en mars 2016 par le groupe Lavazza. Bien implantée sur son marché, avec une marque forte de quarante années d’existence, cette société créée ex nihilo, qui avait été rejointe sur la base du volontariat par d’anciens cadres de Mondelez, a réalisé, dès sa première année, 400 M€ de chiffre d’affaires.

RIA : Quelle organisation avez-vous mise en place ?

V. F. : Comme tous les groupes américains, Mondelez avait un contrat social fort, très contractuel, avec des objectifs, des évaluations et des primes. Ce schéma très structuré n’était pas totalement adapté à une entreprise de petite taille qui avait besoin, sur un marché du café en forte croissance – 5 % par an au global, 38 % pour les compatibles Nespresso – et en pleine prémiumisation, de capillarité, de transversalité, d’esprit entrepreneurial et de créativité. C’est pourquoi nous avons opté pour un fonctionnement en mode projet, avec autocontrôle de l’organisation. Chacun est redevable vis-à-vis de l’autre et de tout le monde, au service de la performance collective. Et les résultats sont là. Sur trente produits lancés au cours des dix-huit derniers mois, nous n’avons enregistré aucun échec et nos critères de satisfaction client sont excellents, avec 99,6 % de taux de service et 86 % de sales forecast accuracy (capacité à fournir des prévisions exactes). Ce mode d’organisation en projets, combiné au « formatage » américain, fait de Carte Noire une véritable pépite organisationnelle.

RIA : Comment cela se concrétise-t-il dans votre politique employeur ?

V. F. : Nous recrutons près de quarante personnes par an, dont quinze stagiaires, et notre turnover est de 5,5 %. L’enquête « Happy at Work » de 2017 a labellisé notre siège de Boulogne-Billancourt (92) avec 79,7 % d’opinions favorables et des dimensions de plaisir et de fierté mises en avant avec des taux respectifs de 92,6 % et 87,2 %. Notre nouvelle identité employeur « Carte Noire, revealing colorful people » reflète donc la réalité et les valeurs de l’entreprise : la créativité, la responsabilité, l’excellence opérationnelle et le collectif.

RIA : Et sur le plan de la rémunération ?

V. F. : Nous avons redistribué en 2017, sous forme d’intéressement et de participation, l’équivalent de 17 % de la masse salariale soit deux à trois mois de salaire. De plus, chaque salarié bénéficie, en moyenne, de trois jours de formation par an, soit l’équivalent de 3 500 heures l’an dernier. En 2017, deux tiers des managers ont pu approfondir leurs connaissances sur des techniques de management comme le leadership, la gestion de projet, la prise de parole en public, l’animation de réunion...

Propos recueillis par Laurent Bénard

Repères
    Carte Noire

    Deux unités autonomes : le siège à Boulogne-Billancourt (92) et un site de production à Lavérune (34).

    Chiffre d’affaires : 400 M€, dont 80 % pour Carte Noire et 20 % pour Lavazza.

    Salariés : 210 personnes chez Carte Noire (moitié au siège, moitié en régions) et 133 salariés au site de production.