ria
S'abonner
Imprimer Envoyer par mail

Comment Compagnie Biodiversité augmente son capital grâce à ses salariés

Après les salariés de Léa Nature (en photo), qui bénéficient d’un PEE depuis plusieurs années, ce sont tous les collaborateurs de Compagnie Biodiversité qui peuvent aujourd’hui accéder au PEE du groupe. Jean-François Augé / StudioOuest.com

Le groupe a créé son propre plan d’épargne entreprise, auquel près de six cents employés ont souscrit.

L’opération a été suivie par 68 % des salariés du groupe Compagnie Biodiversité concernés par le dispositif. Un taux de souscription exceptionnel, bien plus élevé que les 30 à 40 % que l’on observe habituellement dans les entreprises. Il faut dire que Compagnie Biodiversité, holding familiale spécialisée dans les produits biologiques et naturels, a su gagner la confiance de ses collaborateurs. Le groupe surfe sur l’importante croissance des ventes des produits bio. Il rachète, depuis 2010, de petites entreprises situées au cœur des bassins de production agricole, dans l’Ouest, le Sud-Ouest, Rhône-Alpes et l’Auvergne, et leur permet de se développer et d’embaucher.

Un FCP dédié au groupe

En constante progression, son chiffre d’affaires est passé de 250 M€ en 2015 à 300 M€ en 2016 et devrait atteindre 365 M€ en 2017, uniquement par croissance interne. Cette année, deux cent dix recrutements ont été enregistrés pour ses onze sites de production. Fondé par Charles Kloboukoff, créateur de Léa Nature, Compagnie Biodiversité se compose de trois groupes d’entreprises. En premier lieu, Léa Nature et Naturenvie, spécialisées dans les plantes alimentaires, les épices bio et les sachets de céréales. Puis Bioléa, qui englobe Vitamont (jus de fruits), BPC-Kambio (pizzas, tartes, nems, traiteur sans gluten) et la conserverie Bioviver. Et enfin, Ekibio, Sopadiet et Alpha Nutrition, fabricants de produits céréaliers.

Une souscription de 7,8 M€

Il y a six ans, Charles Kloboukoff avait proposé aux salariés de Léa Nature un PEE pour pouvoir placer l’intéressement et la participation sur un FCP (fonds commun de placement) Léa Nature. En septembre dernier, c’est sur un PEE relié à un placement sur un FCP Compagnie Biodiversité que l’ensemble des salariés en CDI ayant plus de six mois de présence dans le groupe ont pu placer leur argent. Ce nouveau fonds géré par Amundi, spécialiste de la gestion d’actifs dans l’épargne salariale, se compose pour 95 % d’actions de Compagnie Biodiversité et pour 5 % de FCP monétaires. Il s’agit d’un fonds fermé, non ouvert sur le marché.

Cinq cent quatre-vingt-quinze salariés ont investi dans le FCP, ce qui a représenté une souscription de 7,8 M€, dont 3,8 M€ de rachats de titres appartenant à Charles Kloboukoff et 4 M€ d’augmentation de capital. Certains ont placé leur intéressement et leur participation, d’autres ont ajouté des apports personnels. Les parts ont été vendues avec une décote, si bien que, dès le lendemain, les salariés avaient déjà gagné de l’argent. La performance du FCP sera calculée une fois par an à partir de l’actif net corrigé, de la valeur de rentabilité et d’une méthode basée sur l’EBE (excédent brut d’exploitation). « Il s’agit d’une opération gagnant-gagnant pour le groupe, comme pour les salariés, qui ne s’y sont pas trompés en souscrivant massivement, confie Raphaël Allouch, directeur général délégué aux affaires financières. Nos résultats progressant encore plus vite que notre chiffre d’affaires, la performance du fonds promet d’être intéressante. » Cette augmentation de capital permettra à Compagnie Biodiversité de mener à bien ses projets d’investissement.

Florence Jacquemoud

PEE, une épargne acquise au sein de l’entreprise

Le PEE est un système d’épargne collectif qui permet aux salariés de se constituer un portefeuille de valeurs mobilières avec l’aide de l’entreprise.

Le salarié y place de l’argent provenant de l’intéressement, de la participation, du transfert d’autres plans d’épargne salariale, d’un compte épargne temps ou de versements volontaires. Les sommes sont indisponibles pendant au moins cinq ans, sauf en cas de déblocages exceptionnels (mariage, naissance…). Elles peuvent être investies dans les actions de l’entreprise, dans des parts de Sicav ou dans des fonds communs de placement d’entreprise.

Imprimer Envoyer par mail


Cet article est paru dans RIA

Sélectionné pour vous