Selon l’Observatoire financier des entreprises agroalimentaires du Crédit Agricole, « le chiffre d’affaires de la filière viandes dans son ensemble a connu une croissance de 4,2% en 2019, en forte hausse par rapport à l’historique. Cette hausse est liée notamment à celle du secteur Porc&Charcuterie qui a connu une année 2019 exceptionnelle du fait de l’épizootie de Fièvre Porcine Africaine dans le monde, se traduisant par la hausse des volumes d’exportations à destination de la Chine et la flambée de l’ensemble des prix au sein de la filière ».

En 2019, selon la Banque verte, « la structure financière globale de la filière Viandes ressort à des niveaux toujours satisfaisants, mais ces données financières nécessitent une lecture au cas par cas. En effet, les excellents fondamentaux de la volaille masquent une très grande dispersion des performances, et celle des métiers d’abattage résulte surtout d’un accès globalement difficile à l’endettement ».

Concernant la crise de la Covid-19, celle-ci aura été, selon les analystes financiers, « l’occasion d’une véritable prise de conscience de la nécessaire restructuration des filières viandes en France. Certaines sont en cours, forcées par le contexte. Et, le plan de relance prévu par le gouvernement, dédié notamment aux abattoirs, pourra être mis à profit en ce sens ».

Accéder au document complet du Crédit Agricole