Le groupe Upfield a regroupé ses deux entités française et belge dans Upfield France-Belgique, après la reprise des activités margarine d’Unilever fin 2017. « L’objectif est de dégager des synergies entre ces deux pays, explique Sylvain Biren, son directeur marketing. Le premier est un marché important mais assez faiblement consommateur, et le second est dans une situation inverse. »

« Notre stratégie est clairement axée sur le végétal, poursuit-il. Au-delà de la margarine, nous comptons défricher toutes les catégories qui y sont éligibles ». En attendant d’éventuelles déclinaisons (en fromage, par exemple), « mettre en avant la margarine végétale est plus que jamais d’actualité ». Alors que la margarine ne représente que 18 % de la consommation des corps gras en France, la cible est clairement identifiée : les consommateurs de beurre. « Certains sont prêts à s’y convertir mais d’autres s’y refusent pour des raisons organoleptiques. »

C’est pourquoi les listes d’ingrédients ont été revues, par exemple avec le lancement récent de Planta Fin 100 % végétal, délaissant la barquette habituelle pour une plaquette évoquant les codes du beurre. Ce développement succède à Fruit d’Or 100 % végétal, déjà lancée par Unilever, l’ensemble de la gamme de la marque ayant été « végétalisé » entre 2018 et 2019, suivi depuis par Pro Activ (Upfield introduit également en France sa marque Flora Professional en restauration).

Autre chantier : l’empreinte carbone. Bien qu’Upfield ne dispose pas d’usine en France, l’entreprise va afficher sur ses emballages, d’ici à fin 2021, un indice calculé par une société indépendante. « Le transport n’en représente qu’une part marginale et nous sommes convaincus que cet indice deviendra un standard d’ici à dix ans », précise Sylvain Biren. Il devrait en être de même pour le Nutri-Score, qui devrait s’imposer sur ce marché également – « même si nous ne pouvons pas faire de miracle avec une matière grasse ».

Reste à venir la diversification. « Ce n’est que le début de l’histoire. Des développements dans d’autres rayons sont quasiment pour demain », promet Sylvain Biren. Rappelons qu’Upfield a pris position dans le débat sur les restrictions imposées aux produits végétaux pour protéger les produits laitiers, s’inquiétant notamment que les similitudes de packaging y soient intégrées.

B. Jullien