La DGCCRF a détecté des escalopes de poulet présentant une teneur en eau supérieure à la norme autorisée, « indice d’un possible ajout d’eau ». Cette fraude, qui fait suite à l’affaire des steaks hachés, permet d’augmenter la masse des produits et, donc, leur rentabilité.

La DGCCRF rappelle toutefois que cette fraude n’a pas d’impact sur la santé des consommateurs et que ces produits étaient, par ailleurs, « conformes aux exigences sanitaires ». Ils provenaient d’une entreprise danoise au sein de laquelle le service de Bercy mène des investigations « approfondies ».

En France, le Fonds européen d’aide aux plus démunis (FEAD) est affecté à la Croix-Rouge française, à la Fédération française des banques alimentaires, aux Restaurants du cœur et au Secours populaire. En 2018, 3,5 millions d’euros avaient été alloués à l’achat d’escalopes de poulet surgelées.