« En consolidant le marché des surgelés en Europe, Nomad Foods est en train de réaliser ce que beaucoup de monde avait rêvé de faire avant lui », se réjouit Steven Libermann (en photo), ancien de Findus que le groupe britannique vient de nommer à la fois CEO de Findus Europe du Sud et président d'Iglo France. Bien que la reprise des deux groupes soit entérinée (voir RIA News n°575), les deux entités et les deux marques continueront de cohabiter en France pour l'année 2016, même si leurs sièges sociaux vont être réunis à Noisy-le-Grand, en Seine-Saint-Denis, dans le courant du premier semestre prochain.

Avec 9,5 % de parts de marché cumulées en valeur (dont 8,1 % pour Findus), le nouveau groupe entend proposer à la distribution « un leader transcatégoriel et 100 % surgelés pour doper le marché ». Outre les engagements pris pour l'usine de Boulogne-sur-Mer (voir RIA News n°587), les efforts initiés par Iglo pour recréer une catégorie des volailles panées seront poursuivis. De même que les développements de Findus, comme récemment en pizzas (voir RIA News n°587), ou le souci de réveiller les plats cuisinés, toujours moribonds après le « horsegate ».

« Nous allons changer de braquet », annonce Steven Libermann : « si le marché français reste très fragmenté, Nomad Foods est déjà leader dans neuf pays. Il n'y a pas un segment où nous ne puissions proposer une offre ». Pour en témoigner, la marque va d'ailleurs recapitaliser sur son fameux slogan : « heureusement, il y a Findus ». Celui-ci remonte au temps où elle appartenait à Nestlé qui ferraillait avec d'autres multinationales - Unilever puis BSN-Danone - dans les linéaires de froid négatif. Elles les ont désertés depuis, au profit des fonds d'investissement qui ont finalement passé la main.