Initialement spécialisée dans la distribution de marques de confiserie (Mentos, Ricola, Chupa Chups…) sur les devants de caisse, Solinest développe également ses propres marques depuis le lancement de N.A ! en 2009. Désormais, selon Marie Jacoberger, directrice marketing, « nous voulons constituer un incubateur de marques autour du bien manger dont la première émanation est Not Guilty ».

« Le marché de la confiserie est en décroissance parce qu’il n’a pas suffisamment évolué pour répondre aux attentes des consommateurs », poursuit-elle. Objectif de l’entreprise : créer, grâce à une nouvelle formulation, un nouveau bonbon à la fois bio et végane (seulement végétarien pour une référence au miel). La gélatine de porc est remplacée par de la pectine dans un bonbon de type gélifié dont la texture s’avère plus moelleuse que l’offre habituelle.

Les produits sont fabriqués par un sous-traitant autrichien. Des petits formats de 50 g sont distribués en exclusivité sur les devants de caisses de Monoprix jusqu’au printemps prochain, tandis que les sachets de 100 g seraient déjà présents dans les rayons confiserie de nombreuses enseignes. L’an prochain, la marque sera déployée en Belgique, puis au Royaume-Uni. Objectif : deux millions d’UVC vendues en 2019.

« Nous désirons non seulement créer ainsi un nouveau standard de bonbon », explique Marie Jacoberger « mais nous irons également plus loin en nous engageant à reverser 1 % du chiffre d’affaires de la marque à l’association 1 % for the planet ». D’ailleurs, Solinest, 100 % familiale et employant 500 personnes, prépare actuellement sa certification B-Corp.

Sur les 400 millions d’euros de chiffre d’affaires de Solinest (dont 360 en France), le pôle des marques propres représente 40 millions, dont 70 % pour N.A !, depuis déclinée en produits salés apéritifs ainsi qu’en boissons végétales. S’y ajoutent Vaïvaï, l’eau de coco dont Solinest a récemment pris le contrôle, ainsi que Sibberi, une eau végétale britannique. Car l’entreprise s’est également développée en boissons comme en snacking.

B. J.