Longtemps quasi orphelin en la matière, le poisson frais donne de l'appétit aux marques. Ce qui relance au passage la bataille - déjà virulente en foie gras et en saumon fumé - entre Labeyrie et Delpeyrat. Le premier dispose de la signature Delpierre qu'avait reprise son ancien actionnaire Alfesca. Fusionnée avec Adrimex, l'entreprise réalise 219 millions d'euros de chiffre d'affaires et revendique le leadership en poissons fumés traditionnels, en poissons frais élaborés ainsi qu'en crustacés et fruits de mer transformés.

Elle compte développer le pôle marée libre-service des GMS. Dans son site de Nantes, en Loire-Atlantique, elle vient d'investir un million d'euros dans un système de pasteurisation à froid sous haute pression permettant de conditionner les poissons sans conservateur avec une DLC plus longue. Et elle vient de lancer une gamme sous skinpack de filets crus assaisonnés ou accompagnés d'un sachet de sauce.

C'est que la concurrence va s'amplifier en effet. Relancée par Delpeyrat, la marque Delmas prend son nom au créateur de la Saumonerie Saint-Ferréol reprise par le groupe Maïsadour (voir RIA News n°468), qui a, par la suite, fait l'acquisition des deux sites de Norway Seafoods (voir RIA News n°490). Objectif : couvrir tout l'univers de la poissonnerie, avec soit des poissons de saison pour s'adapter aux campagnes de pêche, soit des poissons d'élevages, "si possible issus d'une aquaculture de proximité". Résultat : une nouvelle gamme prête à cuire ou à déguster pour le libre-service.