Au premier semestre de son exercice 2018-2019, Pernod Ricard a profité d’une croissance interne de 7,8 % (5 % avec un effet de change défavorable). Son résultat opérationnel courant progresse de 12,8 % (ou de 10,6 % en « facial »). Le groupe estime toutefois que sa croissance devrait « se modérer » au second semestre, entre autres à cause d’un litige commercial en France qui l’oppose à Leclerc. Le fonds américain Elliott, qui s’est immiscé dans son capital a jugé « peu ambitieux » les objectifs de croissance de la rentabilité du groupe, pourtant relevés d’un point grâce à une conjoncture plus favorable que l’an dernier.