Une enquête préliminaire a été ouverte la semaine dernière pour « blessures involontaires », « mise en danger de la vie d’autrui », « tromperie aggravée par le danger pour la santé humaine » ou « inexécution d’une procédure de retrait ou de rappel d’un produit » par le pôle santé publique du parquet de Paris sur l’usine Lactalis de Craon, en Mayenne, à l’origine de la contamination de laits infantiles.

L’Office central de lutte contre les atteintes à l’environnement et à la santé publique et les gendarmes d’Angers (Maine-et-Loire) vont donc tenter de préciser les responsabilités dans cette contamination à la salmonelle qui a touché le site de production de Lactalis, le contraignant à décider de rappeler l’intégralité de ses productions réalisées depuis le 15 février (voir RIA News). Avant d’être rachetée par le groupe l’année suivante, l’usine appartenant alors à Celia (notre photo) avait déjà connu une contamination à la salmonelle en 2005.