Pour les Maîtres Laitiers du Cotentin, le rebond du site de Méautis, dans la Manche, après la défection du contrat Synutra en 2018, est en bonne voie. Il pourrait apporter un bol d’air à l’exercice en cours, affecté par les conséquences de la pandémie de Covid. Depuis novembre 2019, l’activité UHT du site était déjà relancée avec un volume d’affaires en partenariat avec LSDH pour une nouvelle ligne de conditionnement d’un litre. Toutefois, les volumes n’étaient pas suffisants pour écraser les frais fixes d’un site taillé pour le grand export. La situation devrait s’améliorer sous peu.

Un premier contrat en cours de finalisation pourrait entrer en vigueur dans les mois qui viennent. Il porte sur l’expédition de 100 containers par mois de briques de lait UHT d’un litre et de 100 containers par mois de briquettes de 20 centilitres. Un deuxième contrat, dont l’exécution s’annonce plutôt dans le courant de l’année 2021, porte sur l’expédition de 80 containers de briquettes de lait de troisième âge infantile de 20 centilitres. Ces deux contrats cumulés permettraient à l’entreprise de tourner la page Synutra avec des volumes équivalents au projet initial.

« Pour nous c’est le début d’une grande aventure, avec de nouvelles compétences vers le grand export », souligne Guillaume Fortin, le directeur général de la coopérative. L’exécution de ces contrats dont la destination est encore tenue secrète est attendue avec impatience d’autant plus que l’exercice en cours s’annonce compliqué en raison du contexte de Covid qui pèse lourdement sur la restauration hors foyers et, donc, sur les résultats de la filiale France-Frais.

Le groupe affiche cependant sa solidité. Sur l’exercice 2019-2020 (clos au 31 mars), le chiffre d’affaires consolidé était en hausse de 1,4 % à 1,981 milliard d’euros, malgré « un effet pandémie » négatif de 50 millions lié au confinement durant la dernière quinzaine de mars et une provision sur les stocks de 1,5 million d’euros. Le résultat net après impôt est en hausse à 9,8 millions. « Si l’on considère que nous avons continué de respecter le calendrier financier lié à l’usine de Méautis, et ceci malgré la perte du contrat de Synutra, alors on peut considérer que le groupe dégage d’excellents résultats », assure Jean-François Fortin, le directeur général du groupe.

A. D.