« Avec l’envergure de son offre de produits, le positionnement de Marie est unique », se félicite Alexandre Pillaud, directeur marketing. Profitant d’une notoriété forte, la marque est d’ailleurs devenue le premier investisseur média du marché traiteur (11,8 millions d’euros bruts), devant Herta (10,8), Fleury Michon (7,8) ou Sodebo (6,4). Elle poursuit son effort cette année avec quatre vagues publicitaires déjà prévues au premier semestre, ainsi qu’un sponsoring télé pour ses innovations surgelées.

Dans un rayon du frais LS en baisse de 1,5 % en valeur, le chiffre d’affaires de la marque a augmenté de 5,5 % l’an dernier, faisant passer sa part de marché de 5 à 5,1 %, derrière Sodebo (13,3 %) mais devant Herta (4,6 %). Elle célèbre surtout son passage en première position sur le marché des plats cuisinés individuels où, avec 31,7 % de parts de marché, elle supplante Fleury Michon descendu à 27,7 %. Cette progression est le fruit de la relance des gratins pour lesquels un four de 35 mètres a été installé dans l’usine de Viriat, dans l’Ain, du lancement de la gamme premium Secrets de Cuisine et, bien sûr, de l’essor du végétal. En outre, Marie vient en septembre de relancer ses burgers, puis de rénover ses pâtes à dérouler pur beurre et s’apprête à développer sa gamme de plats bio avec deux références.

En plats élaborés surgelés, la marque de LDC stabilise ses ventes à + 0,2 % dans un marché toujours déprimé, à - 3,6 %. De ce fait, sa part de marché progresse de 13 à 13,5 %, la plaçant en numéro deux derrière Buitoni (15,8 %), la marque de Nestlé confirme sa première place grâce à sa domination sur les pizzas. Cette année, Marie veut doper le segment des quiches et tartes surgelées en lançant les Tartes du monde, une gamme de trois recettes d’inspiration exotique. Un investissement de plusieurs milliers d’euros a été mené pour elle dans l’usine de Chacé, dans le Maine-et-Loire, notamment dans les process de dosage et le suremballage.

B. Jullien