Un collectif regroupant des concepteurs d’applications mobiles, des acteurs de la restauration et de la distribution lancent l’Éco-Score, un score environnemental. Il indique l’empreinte environnementale d’un produit alimentaire tout au long de son cycle de vie. Les notes vont de A, pour l’impact le plus faible, à E, pour le plus fort. « L’objectif est d’informer le consommateur et de le guider dans ses choix alimentaires », affirment les membres fondateurs (ScanUp, Étiquettable, Yuka, Open Food Facts, Marmiton, FrigoMagic, Foodchéri et La Fourche), qui s’engagent à l’implémenter au sein de leurs propres applications et pour leurs offres alimentaires. Des contacts seraient en cours avec des industriels et des distributeurs.

Indépendante, cette initiative n’est pas sanctionnée par le ministère de la Transition écologique, qui prépare, de son côté, un affichage environnemental dans le cadre de la loi « anti-gaspillage » de février 2020.

L’Éco-Score est calculé à partir de données publiques issues de la base de données d’Analyse de Cycle de Vie (ACV) des produits Agribalyse, produite par l’Ademe. Ces données s’intéressent aux impacts de la production, du transport, de la fabrication et des emballages, et permettent d’établir une note sur 100 points. Elle est modulée sous forme de bonus ou de malus (-10 points à +15 points) par des données qualitatives complémentaires non prises en compte par l’ACV mais présentes sur l’étiquette des produits ou fournies par les fabricants. Il s’agit de données relatives à la recyclabilité des emballages, aux labels (bio, Demeter, etc.), à l’origine des ingrédients, la saisonnalité des produits, à la politique environnementale du pays dont est originaire le produit (selon le référentiel annuel de Yale sur les performances environnementales des pays), aux espèces menacées (selon un référentiel édité par la WWF). Par exemple, des œufs produits par des poules en cage pourront afficher un Éco-Score de C, tandis que des œufs sous label biologique produits hors de l’Union européenne afficheront un Éco-Score de B, contre une notation A s’ils sont produits en France.

Toute la méthodologie est disponible sur https://docs.score-environnemental.com. L’utilisation du logo est gratuite, dès lors qu’elle satisfait aux dispositions du règlement d’usage.

Toutefois, cet Éco-Score fait l’objet de nombreuses critiques. Le Synabio, l’Itab, ou l’UFC Que Choisir lui reprochent notamment de favoriser l’agriculture intensive. Interbev, l’interprofession du bétail et des viandes, dénonce une « opération publicitaire » et demande même au gouvernement de condamner publiquement cet Éco-Score.