Les pratiques de Lactalis ont été une nouvelle fois mises en cause après une erreur de la Direction générale de la Santé – reprise par l’AFP puis l’association Foodwatch – stipulant que la tour n° 2 de l’usine de Craon (Mayenne) avait également été contaminée à la salmonelle. Le groupe a obtenu de ce service qu’il corrige l’information.

Par ailleurs, le numéro un laitier français se lance à son tour dans le végétal avec la commercialisation en France de la marque Santal qui comprendra des jus de soja ou de riz, une aide culinaire de type crème ainsi qu’une margarine.

Cette marque provient de l’italien Parmalat acquis il y a sept ans et dans lequel Lactalis vient justement de porter sa participation de 89,63 à 95,81 %, préparant le retrait du titre de la cote de Milan.