Deux cent soixante-quatorze millions de sachets vendus en grande distribution, soit une croissance de 1,4 % en 2018. Les trois quarts des ménages consomment des salades en quatrième gamme, un point de plus par rapport à 2017. Le secteur représente 3 500 emplois directs en France, apportant praticité et gain de temps au consommateur. Dix sites (Florette, Bonduelle, Crudettes…) produisent quelque 120 000 tonnes de salades prêtes à l’emploi, tant pour la RHD que pour la consommation à domicile.

Assurant une « traçabilité totale du champ à l’assiette », selon le SVFPE (Syndicat des fabricants de produits végétaux prêts à l’emploi), avec « des contrôles à chaque étape » (récolte, réception, découpe et tri, lavage et rinçage, essorage, conditionnement), les salades quatrième gamme sont notamment portées par les ventes en drive (+ 12,7 % en valeur) et en circuits de proximité (+ 4,1 %). Elles constituent, de surcroît, un moyen « d’augmenter la part de légumes » dans les régimes alimentaires.

Évoquant de nombreux atouts nutritionnels, soutenus par la diversité des variétés (laitues en tous genres, mâche, cresson, jeunes pousses, roquette, frisée…), le SVFPE monte donc au créneau après de nombreuses années de relative discrétion.

B. J.