Pour les six premiers mois de l’année, les exportations agroalimentaires françaises ont baissé de 7,7 %, alors qu’elles ne diminuaient que de 1,8 % pour les trois premiers. Les importations n’ont diminué, quant à elles, que de 4,4 %, en sorte que le solde agroalimentaire national a perdu 29,1 %, soit près d’un milliard d’euros, au premier semestre 2020.

Les boissons, vins et spiritueux surtout, sont les premières victimes du Covid, avec une chute de leurs expéditions internationales de 21,2 % (- 1,74 milliard). En viandes, le déficit français se redresse de 16,6 %, malgré des exportations en baisse de 4,3 % seulement, toujours grâce à la croissance des viandes porcines. Seuls, les produits laitiers ont augmenté leurs ventes de 1,3 %, faisant bondir l’excédent commercial de 18,4 % avec des importations en baisse de 8,7 %. La plupart des autres postes affichent des évolutions plus limitées, à commencer par la catégorie « autres produits » (épicerie) dont le solde reste parfaitement stable.

Notons toutefois que la tendance donnait peut-être des signes de retournement dans les chiffres des douanes publiées par Agreste au mois de juin, avec des exportations en légère reprise de 0,8 %. Mais le solde a continué de se dégrader de 29,5 % sur ce seul mois, du fait d’importations en hausse de 6,1 %. La chute des boissons ralentit (exportations à - 11,4 %) tandis que les ventes des « autres produits » repartent (+ 12,8 %).

B. J.