La coopérative Isigny-Ste-Mère a inauguré vendredi 1er mars son nouveau laboratoire entièrement dédié au contrôle de la qualité de ses productions de lait infantile. Mis en service depuis deux mois, ce projet a représenté un investissement de sept millions d’euros. Ce laboratoire, qui réalisera un million d’analyses par an, emploie déjà 70 techniciens, ingénieurs et doctorants. Une dizaine de créations de postes sont à l’étude dans le cadre de la croissance des activités de la coopérative.

Le précédent laboratoire avait été initialement calibré pour contrôler 4 000 tonnes de poudre par an, alors que leur volume atteint aujourd’hui plus de 45 000 t. Après l’affaire Lactalis, le choix de conserver des compétences dédiées en interne est présenté comme stratégique et différenciant. Il permet surtout d’écourter à vingt-quatre heures (contre soixante-douze en externe) le délai entre le prélèvement des échantillons et l’obtention des résultats pour envisager d’intervenir dès le processus de fabrication.

Cette activité de production de poudres de lait infantile pour laquelle la coopérative se décrit aujourd’hui comme un « leader européen » est parvenue à la saturation de ses cinq tours de séchage. Elle ne peut plus à assouvir l’appétit de son partenaire chinois H&H Biostime, qui lui a commandé 24 000 tonnes pour cette campagne, soit près de la moitié de la capacité totale (50 000). La coopérative débute ainsi au mois de mars l’édification d’une nouvelle tour de séchage de 25 000 tonnes qui devrait entrer en service dans dix-huit mois environ. Cet investissement fait partie d’un programme de 150 millions d’euros à l’horizon 2021.

A. Dufumier