Alors que la demande de produits en GMS augmente fortement, en particulier de plats cuisinés et de charcuterie, le groupe Fleury Michon a adapté son organisation et son outil de production pour y faire face tant en termes d’approvisionnements, de production que de logistique. « Nous utilisons au maximum notre modulation horaire pour permettre une utilisation maximale de nos sites de production », explique le groupe, dans un point de situation au 19 mars 2020.

Fleury Michon précise que ses huit sites en Vendée et Bretagne fonctionnent avec un très faible taux d’absentéisme (1 %), dû principalement à des arrêts pour garde d’enfants. « Dans nos usines, nous avons mis en place toutes les mesures sanitaires imposées par le gouvernement en plus des conditions d’hygiène et bactériologiques propres à la production de produits frais (salles blanches, combinaisons, gants, charlottes, nettoyages des mains fréquents, nettoyages des sites chaque nuit,…) déjà appliquées, détaille le groupe. Nous nous organisons pour répondre au mieux à cet afflux de demande pour livrer au mieux nos clients distributeurs. »

Parallèlement à ce renforcement du pôle GMS (80 % de l’activité, 610,2 M€ de CA en 2019), les activités de catering aérien (11 % de l’activité, 82,4 M€ de CA en 2019) et de livraison de repas en entreprises (6 % de l’activité, 44,7 M€ de CA en 2019) sont logiquement touchées par l’épidémie. L’activité est donc en décroissance, sans pour autant être totalement interrompue.